CashInvestigation : de faux chiffres avancés.

CashInvestigation : de faux chiffres avancés.

A la fin de l’émission dont on sait ce que l’on peut en penser ici, lors du « débat », nous avons été surpris des 4% de prêtres pédophiles annoncés pour les Etats-Unis. Si ce chiffre vient de la source principale d’enquête qui a été faite par le John Jay College of Criminal Justice (qui est la source la plus sérieuse sur ce sujet), nous avons de quoi être interrogatifs.

En effet, ce rapport indique ceci :

1. P.4 : 4392 allégations d’abus sexuels pour 109 694 prêtres, soit « 4.0% of all priests active between 1950 and 2002 had allegations of abuse » – 4% de tous les prêtres actifs entre 1950 et 2002 ont eu des allégations d’abus.
Si on en reste là, on peut à la rigueur donner raison à CashInvestigation.
Sauf que le rapport continue.

2. P.7 : sur les 4392 allégations, la police a été contactée pour 1021 allégations. On ne sait pas ce qui est advenu pour les autres. Sur les 1021, toutes, ou presque, on conduit à une enquête mais seules 384 ont abouti à une peine criminelle. Ainsi donc, le chiffre exacte de prêtre pédophile avéré est de 384/109694 soit 0,35% des prêtres.
Si on veut aller plus loin, on peut extrapoler un pourcentage pour les allégations non traitées, soit : 384/1021 = 37,6% de condamnations parmi les enquêtes faites. Si on applique ce taux à l’ensemble des allégations (4392), nous obtenons 1651,4 condamnations probables (4392×37,6%). Sur l’ensemble de la population étudiée (109 694 prêtres), cela nous donne un taux probable de 1,5% de condamnations.

Ainsi donc, les chiffres oscillent entre 0,35% (chiffre sûr) et 1,5% (chiffre probable) de prêtres pédophiles sur 52 ans aux Etats-Unis.

Certes, on pourrait dire que l’utilisation du conditionnel (« auraient commis » – cf. 1h54) par Elise Lucet est approprié. Mais là encore, c’est malhonnête.
En effet, entre l’allégation et la condamnation, la justice a mené de vraies enquêtes. Et cela est capital, surtout aux Etats-Unis car beaucoup d’argent est en jeu et certains se font passer pour de fausses victimes afin de toucher ces indemnités. Il y a donc des allégations qui sont totalement fausses, qui sont en fait de la calomnie.
Se baser donc sur ces chiffres d’allégations et non sur les condamnations après enquêtes trois pages plus loin est clairement non objectif et même malhonnête car c’est donner la même importance à la vérité et à la calomnie.

Surtout que dans l’esprit des gens, c’est bien le chiffre qui est retenu et non le conditionnel…

Bref, pour l’objectivité, on repassera.

Une réflexion sur “CashInvestigation : de faux chiffres avancés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s