Pédophilie : les chiffres en dehors de l’Eglise catholique

Pédophilie : les chiffres en dehors de l’Eglise catholique

Voici les recherches de Philip Jenkins, professeur à l’université de Baylor aux Etats-Unis et spécialiste en histoire des religions :

« La présence de pédophiles est de 2 à 10 fois plus élevée parmi les membres du clergé protestant que chez les prêtres catholiques. Par ailleurs, en 52 ans (entre 1950 et 2002), sur l’ensemble des Etats-Unis, un peu plus d’une centaine de prêtres ont été condamnés pour abus sexuels contre 6 000 enseignants sportifs ou entraîneurs (eux-mêmes le plus souvent mariés, en tout cas ne s’engageant pas au célibat) »[1].

« Mes recherches sur des cas concernant les 20 dernières années ne donnent pas de preuves que le clergé catholique, ou d’autres clergés ayant pour discipline le célibat, sont plus susceptibles d’être impliqués dans des inconduites ou des abus, que le clergé d’autres Églises, ou même que des personnes n’appartenant pas au clergé. Cependant, des médias déterminés peuvent voir cette affaire comme une crise du célibat : cette accusation est simplement insoutenable.

Littéralement toute confession et tradition de foi a sa part de cas d’abus, et certains des pires impliquent des non-catholiques. Chaque confession protestante principale a eu des scandales à profusion, tout comme les pentecôtistes, les Mormons, les Témoins de Jéhovah, les juifs, les bouddhistes, les Hare Krishna – et la liste continue. Un diocèse anglican (épiscopale) canadien est actuellement sur le bord de la faillite à la suite de poursuites massives causées par des décennies d’abus systématiques, et pourtant l’église anglicane ne demande pas le célibat de ses prêtres »[2].

[1] Philip Jenkins, Pedophiles and Priests: Anatomy of a Contemporary Crisis, éd. Oxford University Press, New York, 1996 et 2001, 214 pages.

[2] Philip Jenkins, Zénit, 3 mars 2002


Un autre professeur nous livre son analyse, Thomas Plante, professeur de psychologie à l’Université de Santa Clara et professeur adjoint de psychiatrie clinique et des sciences du comportement à l’école de médecine de l’Université de Stanford [1] :

« Bien qu’il soit difficile d’obtenir de bonnes données, il semble que ce chiffre de 4% (cf. l’étude du John Jay College) est compatible avec le clergé masculin provenant d’autres traditions religieuses et est nettement inférieur à celui de la population masculine adulte en général qui peut doubler ces chiffres ».

« Presque tous les cas venant aujourd’hui à la lumière sont des cas d’il y a 30 à 40 ans ».

allegations_abus_sexuels_pretres_USA
Cas d’allégations (et non de condamnations) aux USA d’abus sexuels sur mineurs par des prêtres (sur les près de 110 000 prêtres ayant exercés durant cette période) : on voit un sommet dans les années 70 et une chute dans les années suivantes. Ce fut donc un problème essentiellement présent il y a 40 ans et très faible de nos jours.

« Les prêtres qui ont commis ces actes terribles doivent répondre aux autorités légales et autres, et être empêchés de faire des victimes supplémentaires. Cependant, ces hommes sont malades. Environ 70% d’entre eux ont été victimes de violences sexuelles et également en tant qu’enfant ».

« 80% de tous les prêtres qui, en fait, abusent de mineurs sont sexuellement engagés avec des garçons adolescents et non des enfants prépubères. Techniquement, la grande majorité des prêtres délinquants sexuels ne sont pas pédophiles du tout, mais éphébophiles ».

[1] http://www.psychwww.com/psyrelig/plante.html


Selon Stephane Joulain, prêtre, thérapeute familial et psychanalyste, 96 % des affaires d’abus sexuels et de maltraitance sur mineurs ayant lieu dans le cercle familial de l’enfant, le célibat peut difficilement être considéré comme une cause en soi de la pédophilie : « Travaillant ces questions depuis déjà plus de quinze ans, je n’ai jamais rencontré dans la littérature scientifique (la sérieuse) de quoi alimenter la thèse d’Hans Küng [qui pense que le célibat sacerdotal pouvait être un facteur favorisant la pédophilie ou les abus sexuels sur mineurs] » (cf. Wikipedia).

Et dans l’enseignement ?

4 réflexions sur “Pédophilie : les chiffres en dehors de l’Eglise catholique

  1. 300 prêtres juste pour la Pennsylvanie;ça fait deja plus qu’une centaine mentionnée dans cet article. Et les révélations du Missouri sont encore à venir (cf. https://brignoles.maville.com/actu/actudet_-pedophilie.-apres-la-pennsylvanie-le-missouri-enquete-sur-l-eglise-catholique_54135-3514922_actu.Htm).

    Si vous aimez la vérité, il faudra corriger les chiffres que vous présentez. sinon je crains que vous ne soyez pas du tout crédibles!

    J'aime

    1. Certes, il y aura une mise à jour à faire de l’étude qui fait aujourd’hui référence, celle du John Jay College (qui porte sur les années 1950-2002), notamment pour la période 2003-2018.
      Mais il semblerait que les chiffres ne changeraient guère car la majorité des faits reportés, même ceux de Pennsylvanie, étaient en partie connus par cette étude.

      Par ailleurs, il faut bien distinguer ce que disent les médias des chiffres réels : il y a effectivement 300 prêtres « accusés » selon l’enquête mais ils n’ont malheureusement pas faits l’objet d’un jugement et d’une enquête poussée car les faits étaient prescrits.
      Seuls 2 prêtres ont été condamnés et c’est cela qui serait comptabilisé par une nouvelle étude.

      Enfin, dans ces 300 prêtres, à côté des prêtres coupables, il y a malheureusement aussi des prêtres innocents dont la vie est brisée par de fausses accusations.
      Pourquoi ces fausses accusations ? Car il y a énormément d’argent en jeu aux Etats-Unis pour ceux qui gagnent ces procès-là.

      La réalité est parfois plus complexe que ce que les médias veulent bien nous en faire voir…

      J'aime

  2. Prenons ces deux affirmations :
    – « La présence de pédophiles est de 2 à 10 fois plus élevée parmi les membres du clergé protestant que chez les prêtres catholiques.»

    – « Mes recherches sur des cas concernant les 20 dernières années ne donnent pas de preuves que le clergé catholique, ou d’autres clergés ayant pour discipline le célibat, sont plus susceptibles d’être impliqués dans des inconduites ou des abus, que le clergé d’autres Églises, ou même que des personnes n’appartenant pas au clergé…»

    Soit
    – les prêtres catholiques sont MOINS susceptibles d’être impliqués dans des inconduites ou des abus que les personnes n’appartenant pas au clergé.
    – les membres du clergé protestant sont PLUS susceptibles d’être impliqués dans des inconduites ou des abus que les personnes n’appartenant pas au clergé.

    Quelle est la bonne interprétation ?

    J'aime

    1. L’objet de ces citations n’est pas d’abord de parler du clergé protestant ou autre mais de montrer qu’il y a plus d’abus sexuels en dehors du clergé catholique.
      Cela montre ainsi que ce n’est pas le « problème » du célibat qui est en cause, mais un problème plus vaste, notamment que 80% (à 85% selon John Jay College) des victimes sont des garçons adolescents.
      Se dessine là le problème de l’homosexualité des prêtres… Et là semble être le noeud de la crise actuelle.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s