Pédophilie : l’ensemble des chiffres en dehors de l’Eglise

Pédophilie : l’ensemble des chiffres en dehors de l’Eglise

Comme il est évident que les médias fuient toujours ce qu’il y a de plus scandaleux pour se concentrer sur l’ensemble des données de la pédophilie (que cette dernière soit dans les familles, les écoles ou les confessions religieuses autres que catholiques), voici une excellente vidéo qui les aidera dans cette lourde tâche de neutralité, d’objectivité et d’impartialité que toujours, évidemment, ils recherchent…

Vous y trouverez quantité de chiffres plus incroyables les uns que les autres car nous n’en entendons jamais parler :

Un démon peut en cacher un autre.

Un démon peut en cacher un autre.

Les dernières affaires d’homosexualité dans l’Eglise (cf. le livre Sodoma) ou d’abus sexuels sur mineurs continuent de secouer le 1,3 milliard de catholiques.

Certains pensent même quitter l’Eglise.

Sur ce blog, nous sommes plutôt pour la thèse de la vérité des chiffres contre la puissance d’un discours médiatique unanime dont l’intention à peine voilée est de disqualifier l’Eglise.

S’il y avait une augmentation des actes pédophiles chez les prêtres (ce qui n’est pas le cas mais une vraie chute selon l’étude du John Jay College, la plus exhaustive à ce jour), s’il y avait une augmentation de l’homosexualité dans le clergé (ce qui n’est pas le cas non plus, cf. les dispositions prises par le Vatican depuis 2005), s’il y avait une réelle et actuelle augmentation de cette « Dark Church », le discours médiatique actuel pourrait être justifié. Mais les chiffres montrent qu’il n’en est rien, au contraire, tous sont à la baisse.

Il y a 2000 ans, si ces médias avaient existé, soyons sûrs qu’ils n’auraient eu de cesse de proclamer, crier et zoomer sur le reniement de Pierre et le suicide de Judas, de répéter cela à tue-tête jusqu’à ce que tout le monde soit dégouté de telles attitudes afin que l’on s’éloigne de l’Eglise naissante (et qui, peut-être, en serait morte…), c’est à dire des sacrements, c’est à dire du Salut.
Ils n’auraient bien évidemment pas relaté la vraie conversion des Onze apôtres qui devinrent des saints par leur vie exemplaire ; ces médias auraient ainsi réussi à faire passer la moindre des parties (le 1/12ème) pour le tout.

Répéter à tout bout de champ ces informations de pédophilie dans l’Eglise et faire ainsi passer la moindre des parties (les 1 à 4% de prêtres coupables) pour le tout (les 96 à 99% de prêtres innocents) n’est autre qu’une vaste entreprise de manipulation des masses.

Certes, l’Eglise doit se convertir toujours plus, faire le ménage et se purifier mais, reconnaissons-le aussi, nous sommes arrivés à un sommet de la manipulation médiatique.

Sachons affronter les problèmes actuels sans en créer d’autres, comme de continuer à parler et à diffuser ces informations médiatiques. Cela fait fuir les gens de l’Eglise, des sacrements et ainsi du Salut.

Il faut donc et combattre la pédophilie dans l’Eglise et la répétition médiatique manipulatoire qui l’une et l’autre proviennent assurément du démon : un démon peut en cacher un autre.

La pédophilie dans l’Eglise en forte baisse !

La pédophilie dans l’Eglise en forte baisse !

A lire les médias, il y aurait une flambée de la pédophilie dans l’Eglise.

A lire les études sérieuses, il y a en fait une très grande diminution de cette pédophilie et ce, depuis les années 1980.

Ces chiffres proviennent de l’étude la plus exhaustive effectuée à ce jour dans le monde par un cabinet indépendant, celle du John Jay College Of Criminal Justice, The City University Of New York (abréviation JJC).

Voici les courbes obtenues :

  • JJC p. 28 :

pretres_accusés-1950-2002_1

  • JJC p. 29 :

pretres_accusés-1950-2002_2

  • JJC p. 35 :

pretres_accusés-1950-2002_3

Il ne s’agit pas ici d’éluder les actes abominables commis par des prêtres mais de faire prendre conscience de l’impact médiatique créé par la répétition de la même information et qui crée en nous une vision du monde qui peut être tout à fait à l’inverse de ce qu’elle est réellement.

Ainsi observons-nous que non seulement il n’y a pas d’augmentation de la pédophilie dans l’Eglise mais qu’il y a une très forte baisse de celle-ci et que cela continue malgré ce que l’on peut entendre dans nos médias.

Sachons donc prendre de la distance avec ce que nous disent les médias : soyons attentifs aux chiffres dans leur ensemble, à la réalité donc, et non au discours, aussi fort soit-il.

Pédophilie & Education Nationale

Pédophilie & Education Nationale

Enfin du nettoyage dans l’Education Nationale ! Mais vous n’en entendrez pratiquement pas parler.

Car l’Education Nationale n’est tout simplement pas dans la ligne de mire des médias tandis que les prêtres le sont ; et derrière, l’Eglise, qui gêne tant la Pensée Unique.

En effet, dans l’affaire de Villefontaine, on a laissé exercer quelqu’un qui fut condamné pour possession d’images pédopornographiques. Cela aurait dû faire le tour de tous les médias et ne pas s’arrêter ! Mais non. Juste quelques articles et on est vite passé à autre chose.

Par contre, alors qu’un prêtre n’était même pas condamné mais juste soupçonné, les médias s’en sont pris à coeur joie et n’ont cessé de relayer l’information jusqu’à la nausée.

Toujours le deux poids deux mesures qui permet de fabriquer l’opinion par la répétition ou la dissimulation, selon le message que l’on veut faire passer.

CashInvestigation : on attend la suite.

CashInvestigation : on attend la suite.

Mardi 21 mars 2017 a été diffusée sur France 2 l’émission présentée par Elise Lucet CashInvestigation « Pédophilie dans l’Eglise : le poids du silence ».

A côté de méthodes relevant plus de la manipulation médiatique que d’une recherche d’information sereine et posée, il faut reconnaitre la mise en lumière de certaines pratiques ecclésiales à peine croyables, ce qui nécessitera, pour en être sûr, un débat contradictoire avec les personnes concernées.

Rappelons en effet que c’est le débat contradictoire avec toutes les pièces d’un dossier qui fait la vérité – donc, en fait, la justice – et non une enquête menée par des gens qui ont des a priori sur l’Eglise plus que flagrants. Les médias ne sont pas la justice et n’ont pas à le devenir.
Cependant, si ces faits s’avèrent vrais et continuent encore, il est très clair que l’Eglise doit continuer cette réforme qu’elle a déjà profondément entamée.

Ceci dit, même avec toutes les limites, la mauvaise foi et les manipulations que peuvent comporter cette enquête-émission (des chiffres mensongers, une apostrophe d’un évêque absent pour donner l’impression que l’intéressé ne répond pas sous-entendant ainsi qu’il est coupable, etc.), il y a une chose intéressante que nous pouvons retenir : c’est ce zèle pour dévoiler la pédophilie là où elle est. En cela, c’est remarquable.

C’est pourquoi, chère équipe de CashInvestigation, nous vous invitons à ne pas limiter votre zèle à la seule Eglise catholique. En effet, nous pourrions avoir cette malheureuse suspicion qu’à ne vouloir chercher la pédophilie que quand elle se trouve dans l’Eglise, vous ne désireriez pas la traquer en dehors.

Or, comme vous avez surement fait une enquête sérieuse, vous n’êtes pas sans savoir que 70 à 90% des actes pédophiles ont lieu au sein des familles et dans l’entourage amical.

En comparaison, il n’y a « que » (et c’est déjà trop, nous sommes d’accord) 3,1 % d’actes pédophiles dans les institutions dont la très large majorité est représentée par l’Education Nationale.

pedophilie_famille_amis - rognée

Source : données issues de LISA, base de données du SNATED (Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger) « Rapport d’activité 2010 », ONED, p.47 => http://www.allo119.gouv.fr/sites/default/files/upload/content/activite/RA_2010.pdf

Par conséquent, après avoir si bien (enfin, les méthodes sont pour le moins audacieuses, mais bon…) enquêté sur l’Eglise, nous attendons ce même travail et avec ce même zèle ailleurs.

Sans quoi, vous démontrerez à tous que, ce qui vous préoccupe d’abord, ce n’est point la pédophilie et ses pauvres victimes, mais la catégorie de personne qui commet ces actes horribles.

Nous attendons donc impatiemment la suite de votre action pour toute notre société qui en a bien besoin.

CashInvestigation : de faux chiffres avancés.

CashInvestigation : de faux chiffres avancés.

A la fin de l’émission dont on sait ce que l’on peut en penser ici, lors du « débat », nous avons été surpris des 4% de prêtres pédophiles annoncés pour les Etats-Unis. Si ce chiffre vient de la source principale d’enquête qui a été faite par le John Jay College of Criminal Justice (qui est la source la plus sérieuse sur ce sujet), nous avons de quoi être interrogatifs.

En effet, ce rapport indique ceci :

1. P.4 : 4392 allégations d’abus sexuels pour 109 694 prêtres, soit « 4.0% of all priests active between 1950 and 2002 had allegations of abuse » – 4% de tous les prêtres actifs entre 1950 et 2002 ont eu des allégations d’abus.
Si on en reste là, on peut à la rigueur donner raison à CashInvestigation.
Sauf que le rapport continue.

2. P.7 : sur les 4392 allégations, la police a été contactée pour 1021 allégations. On ne sait pas ce qui est advenu pour les autres. Sur les 1021, toutes, ou presque, on conduit à une enquête mais seules 384 ont abouti à une peine criminelle. Ainsi donc, le chiffre exacte de prêtre pédophile avéré est de 384/109694 soit 0,35% des prêtres.
Si on veut aller plus loin, on peut extrapoler un pourcentage pour les allégations non traitées, soit : 384/1021 = 37,6% de condamnations parmi les enquêtes faites. Si on applique ce taux à l’ensemble des allégations (4392), nous obtenons 1651,4 condamnations probables (4392×37,6%). Sur l’ensemble de la population étudiée (109 694 prêtres), cela nous donne un taux probable de 1,5% de condamnations.

Ainsi donc, les chiffres oscillent entre 0,35% (chiffre sûr) et 1,5% (chiffre probable) de prêtres pédophiles sur 52 ans aux Etats-Unis.

Certes, on pourrait dire que l’utilisation du conditionnel (« auraient commis » – cf. 1h54) par Elise Lucet est approprié. Mais là encore, c’est malhonnête.
En effet, entre l’allégation et la condamnation, la justice a mené de vraies enquêtes. Et cela est capital, surtout aux Etats-Unis car beaucoup d’argent est en jeu et certains se font passer pour de fausses victimes afin de toucher ces indemnités. Il y a donc des allégations qui sont totalement fausses, qui sont en fait de la calomnie.
Se baser donc sur ces chiffres d’allégations et non sur les condamnations après enquêtes trois pages plus loin est clairement non objectif et même malhonnête car c’est donner la même importance à la vérité et à la calomnie.

Surtout que dans l’esprit des gens, c’est bien le chiffre qui est retenu et non le conditionnel…

Bref, pour l’objectivité, on repassera.